Home

Otlet’s racism

In the algolit session we talked about Otlet’s racism and the perspective API. Here is a short try to see wether the level of toxicity of Otlet would pass this filter.

How to make a racist API without really trying

And again

An Otlet implementation

Here the toxicity score is transformed into the opacity of the text, the most toxic sentences coming to the forefront.

PerspectiveAPI, which was developed to filter comments, does not seem to be really good at pointing out racist texts.

This experiment is to reflect on Elodie’s Text and to acknowledge our ommission in our last exhibition at the Mundaneum. We are currently working on a way to tackle this issue.

Espèces ethniques

L'homme ne comprend qu'une seule espèce actuellement vivante : Homo sapiens

Linné

A peine peut-on appeler espèce l'homme du Neanderthal disparu depuis des temps géologiques

Par contre nous sommes composés de diverses races, qui comme telles, ont dû se différencier à des temps indéterminés, mais certainement à guère de cent mille ans

Citons les races noires (nègres, mélanésiens, etc

), les races australiennes (Dravida, etc

), les races sémitiques (Indo-Afghans, etc

), les races aïno et polynésiennes, les races dites indiennes d'Amérique, les Eskimos, Tartares et Mongols, enfin les races dites européennes, métissées de brachycéphales et de dolichocéphales

Ces races se divisent en innombrables variétés qu'on peut presque seules distinguer uniquement en Europe, à part quelques Lapons, Mongols et Sémites, qui sont si bien mélangés avec nous que les distinctions s'effacent de plus en plus

Le métissage ou l'hybridation agit d'une façon rapide

Les habitants de l'Europe certainement présentent de fortes différences individuelles, mais on ne saurait y reconnaître d'une façon distincte des instincts de race

Ces différences collectives sont dues aux habitudes prises, aux traditions et à l'effet du milieu social

Par contre, il faut distinguer avec soin de nos races supérieures les races vraiment inférieures, à cerveau plus petit, comme les Weddas, les Axas, les nègres, etc

Ici l'erreur n'est plus possible: le métissage qui est bon chez les races européennes devient mauvais chez les mulâtres

(Voir Deniker, Manouvrier, RocL Martin, ForeL) Ainsi, certes les races humaines, à envisager les choses d'ensemble, existent

On l'a dit : si l'on rencontrait des colimaçons aussi dissemblables entre eux qu'un Anglais, un Chinois, un Zoulou, on ne douterait pas qu'on se trouve en présence de colimaçons de race blanche, de race jaune et de race noire

Les dissemblances entre races humaines ne se bornent pas à la couleur de la peau, à la hauteur de la taille, au galbe du nez; elles portent encore sur le sang, le tissu musculaire, et plus particulièrement sur la forme de la tête, du crâne

"Nous n'avons pas, dit le poète, la caboche faite de même

» Mais le problème doit être posé de manière qu'il écarte les termes de supériorité et d'infériorité pour retenir celui de dissemblance

Variétés humaines

— D'après les différences les plus frappantes de la constitution physique, l'espèce humaine se divise en cinq races ou variétés étendues comme il est défini ci-dessous : 1° La race blanche ou caucasienne répandue dans l'Europe, l'Asie occidentale et méridionale, dans l'Afrique septentrionale et en Amérique

2° La race jaune ou mongole dans l'Asie orientale et septentrionale et dans les régions arctiques de l'Asie, de l'Europe et de l'Amérique

3° La race noire ou africaine dans l'Afrique centrale et méridionale, l'Amérique et l'Océanie

4° La race olivâtre ou malaise dans l'Océanie et dans le sud-est de l'Asie

5° La race rouge ou américaine dans 1'Amé- rique qui est occupée aussi aujourd'hui par la race blanche et par des variétés métisses

Les races, pour autant qu'elles ont pu être observées, donnent lieu à des caractéristiques propres

Ainsi, dans l'espèce nègre, le cerveau est moins développé que dans l'espèce blanche, les circonvolutions sont moins profondes et les nerfs qui émanent de ce centre pour se répandre dans les organes des sens sont beaucoup plus volumineux

De là un degré de perfection bien plus prononcé dans les organes, de sorte que ceux-ci paraissent avoir en plus ce que l'intelligence possède en moins

En effet, les nègres ont l'ouïe, la vue, l'odorat, le goût et le toucher bien plus développés que les blancs

Pour les travaux intellectuels, ils n'ont que peu d'aptitudes, mais ils excellent dans la danse, l'escrime, la natation, l'équitation et tous les exercices corporels

Ils distinguent un homme, un vaisseau à des distances où les Européens peuvent à peine les apercevoir avec des lunettes d'approche

Ils flairent très loin un serpent et suivent souvent à la piste les animaux qu'ils chassent

Le bruit le plus faible n'échappe point à leur oreille

Leur tact est d'une subtilité étonnante

L'unification des races

— L'« Immigration Commission » (change in bodily form of descendants of immi- grants, Senate, Washington) a recherché s'il y a des changements manifestes dans le type physique des immigrés aux Etats-Unis, sous l'influence du milieu environnant et dans l'affirmative, quelles formes elles ont prises

Des centaines de tables statistiques qui résultent des mensurations opérées sur des milliers d'enfants dans les écoles et en dehors des écoles, sous la surveillance étroite de nombreux savants et employés se trouvant au service de la dite Commission se sont efforcés de tirer au clair et de synthétiser les observations et les faits rigoureusement contrôlés

Tandis que l'indice céphalique des enfants juifs nés à l'étranger et transplantés aux Etats-Unis est, à l'âge de 5 ans, de 85

0 et à 12 ans de 84

6, le même indice céphalique chez les enfants nés aux Etats-Unis est de 83 à l'âge de 5 ans et de 82

3 à l'âge de 12 ans

Pour les enfants d'origine sicilienne la proportion se présente sous la forme suivante : Un Sicilien né à l'étranger accuse à l'âge de 5 ans 80

8; à l'âge de 12 ans 78

9; mais lorsqu'il vient au monde aux Etats-Unis son indice céphalique sera à Tâge de 5 ans de 80

1 et à 12 ans de 82

1

Tandis que le Sicilien et le Juif nés au dehors accuseront, le premier, un indice céphalique de 80

8 et le second de 85

0; venus au monde aux Etats-Unis, ils se rapprocheront en ce sens que le premier n'aura que 80

1 et le second 83

0; mais à l'âge de 12 ans, tous les deux feront un saut prodigieux et le Sicilien remontera à 82

1 tandis que le jeune Juif descendra à 82

3 et tous les deux, ainsi modifiés dans leur forme craniologique, se rapprocheront de la moyenne américaine